Trouvez Rapidement un Avocat Compétent pour
Vos Affaires Personnelles ou d’Entreprise

OBTENEZ DES SOUMISSIONS GRATUITES

Complétez simplement ce formulaire et des avocats réputés de votre région vous contacteront dans les plus brefs délais.


Les enjeux fiscaux pour ma PME au Québec : EXPLIQUÉS!

Être dans le monde des affaires et gérer une petite ou moyenne entreprise implique de nombreuses responsabilités.

Au Québec, les entreprises doivent se conformer à de nombreuses lois et règlements spécifiques, y compris en matière de taxes et d’impôts. Alors, avant de lancer votre entreprise ou si vous en détenez une, il est crucial de comprendre les enjeux fiscaux des PME.

pme definition entreprise

En effet, connaître les enjeux fiscaux pour votre entreprise peut prévenir des complications, optimiser vos opérations et assurer la viabilité de votre entreprise!

Dans cet article, Soumissions Avocat vous explique les enjeux fiscaux à connaître pour les PME au Québec!

Qu’est-ce qu’une PME?

Avant d’aborder les aspects fiscaux des PME, il est essentiel de définir ce qu’elles représentent.

Les PME, ou petites et moyennes entreprises sont des entreprises qui emploient moins de 500 salariés. Les PME se caractérisent par une gestion centralisée dirigée par le propriétaire, offrant flexibilité, adaptation, innovation et une étroite collaboration avec les parties prenantes.

Les PME sont catégorisées comme suit :


Alors, les entreprises avec 500 salariés ou plus sont considérées comme de grandes entreprises et non des PME.

Il est pertinent de noter qu’au Québec, les PME représentent une écrasante majorité des entreprises, soit 99,8 %. Parmi celles-ci, plus de la moitié emploient moins de 5 personnes, tandis que moins de 2 % se situent entre 100 et 499 employés.

Les PME ont différentes formes juridiques !

En effet, il est pertinent de savoir que les entreprises québécoises ont la possibilité de choisir parmi plusieurs formes juridiques adaptées à leurs besoins spécifiques, notamment en fonction de leur taille, de leurs activités et de leurs objectifs stratégiques.

Chaque forme juridique présente des caractéristiques distinctes qui influencent la gestion, la responsabilité et les aspects fiscaux de l’entreprise :

I. Entreprise individuelle

Une entreprise individuelle est la forme la plus simple d’organisation juridique au Québec, adaptée notamment aux micro-entreprises. Elle est caractérisée par une seule personne, le propriétaire unique, qui prend toutes les décisions, supporte tous les risques et bénéficie de tous les profits de l’entreprise.

Avantages : La création d’une entreprise individuelle est simple et peu coûteuse en termes de formalités administratives. Cependant, cela implique également que l’entrepreneur assume personnellement tous les risques financiers et juridiques de l’entreprise.

Inconvénients : La principale faiblesse réside dans la responsabilité illimitée du propriétaire. En cas de difficultés financières, les créanciers peuvent saisir les biens personnels du propriétaire pour rembourser les dettes de l’entreprise.

II. Les sociétés de personnes

Les sociétés de personnes reposent sur un contrat entre les associés, où au moins deux parties s’engagent à collaborer pour réaliser une activité économique commune. Il existe trois types des sociétés de personnes :

Types de sociétés de personnes

Explication

La société en nom collectif (S.e.n.c)

Les associés opèrent sous un nom commun et partagent la gestion et les profits selon les modalités définies par le contrat de société.

La société en commandite (S.E.C)

Composée de deux types d’associés ; les commandités, qui gèrent l’entreprise et ont une responsabilité illimitée, et les commanditaires, qui n’interviennent pas dans la gestion opérationnelle.

La société en participation

Moins formelle, cette forme permet une coopération souple sans créer une entité juridique distincte. Les associés agissent sous leur propre nom sans personnalité morale pour l’entreprise.

Avantages : Les sociétés de personnes se distinguent par leur flexibilité remarquable dans la gestion et les arrangements contractuels. Elles sont particulièrement appréciées pour leur simplicité lors de la création et leur capacité à faciliter une gestion collaborative efficace.

Inconvénients : En revanche, les sociétés de personnes ne possèdent pas de personnalité juridique distincte de leurs associés. Cela implique que les associés sont personnellement responsables des dettes de l’entreprise, ce qui expose leur patrimoine personnel aux risques financiers de l’entreprise.

III. Les sociétés par actions

Une société par actions est une forme juridique d’entreprise où la responsabilité des actionnaires est limitée au montant de leurs contributions financières à l’entreprise. Sa création nécessite le respect de formalités administratives spécifiques et une reconnaissance légale par les autorités compétentes.

Une société par actions est une entité juridique distincte de ses propriétaires.

societes actions pme

L’entreprise peut agir en son nom propre pour contracter, posséder des biens et mener des activités commerciales. De plus, sur le plan fiscal, les obligations fiscales de la société par actions sont séparées de celles de ses actionnaires, ce qui permet une distinction claire des responsabilités fiscales entre l’entité et ses propriétaires/actionnaires.

Avantages : Les actionnaires bénéficient d’une responsabilité limitée aux montants investis, ce qui protège leur patrimoine personnel en cas de difficultés financières de l’entreprise. Les sociétés par actions ont également un accès facilité aux capitaux par le biais de l’émission d’actions sur les marchés financiers.

Inconvénients : La création et la gestion d’une société par actions impliquent des formalités administratives complexes et des coûts plus élevés que d’autres formes juridiques. De plus, la prise de décision peut être plus rigide en raison de la nécessité de consulter plusieurs niveaux de gestion et d’obtenir l’approbation des actionnaires pour certaines décisions.

Le choix de la forme juridique pour une PME au Québec dépend de plusieurs facteurs, tels que la taille de l’entreprise, la nature de ses activités et les préférences des propriétaires. Chaque forme juridique présente ses avantages et inconvénients particuliers en matière de responsabilité, de gestion, de coûts, de complexité administrative et surtout en termes d’enjeux fiscaux.

Quels sont les enjeux fiscaux que les PME doivent connaître au Québec?

Bien sûr, il y a plusieurs enjeux fiscaux à connaître, qui varient selon la forme juridique de votre entreprise. Cependant, plusieurs aspects restent les mêmes, peu importe la forme juridique.

Voici les principaux enjeux fiscaux que les PME au Québec doivent connaître :

I. Obligations fiscales

Au Québec, posséder une entreprise implique de respecter plusieurs obligations fiscales importantes. Ces exigences sont régies, entre autres, par la Loi sur les impôts et la Loi sur la publicité légale des entreprises, des législations complexes qui peuvent souvent susciter des questions chez les entrepreneurs.

Voici plusieurs obligations fiscales dont les PME doivent être conscientes et auxquelles elles doivent se conformer :

o   Enregistrement de l’entreprise :

La première obligation pour une nouvelle entreprise au Québec est de s’enregistrer auprès du Registre des entreprises du Québec. Ce processus attribue à la PME un numéro d’entreprise du Québec, indispensable pour toutes les démarches fiscales. Ce numéro permet à l’entreprise de figurer dans les registres de Revenu Québec et de l’Agence du revenu du Canada.

o   Déclaration des revenus :

Les entreprises ont l’obligation fiscale de déclarer leurs revenus à la fois au niveau provincial et fédéral. Pour se conformer à cette exigence, elles doivent remplir et soumettre les formulaires appropriés. Au niveau fédéral, elles doivent utiliser le formulaire T2, fourni par l’Agence du revenu du Canada.

Parallèlement, au niveau provincial, elles doivent remplir le formulaire CO-17, requis par Revenu Québec. Cette double déclaration permet de s’assurer que les entreprises s’acquittent de leurs responsabilités fiscales envers les deux paliers de gouvernement, en fournissant toutes les informations nécessaires sur leurs revenus et leurs dépenses.


Il est à noter que les formulaires T2 et CO-17 doivent être soumis avant des dates limites spécifiques chaque année. Les retards dans la soumission des déclarations ou des paiements peuvent entraîner des pénalités de 5 % du montant des impôts dus, ainsi que des intérêts.

La déclaration des impôts des entreprises doit être effectuée dans les dix mois précédant la fin de l’année fiscale, avec les paiements effectués deux mois avant la fin de cette période.

o   Taxes de vente (TPS et TVQ) :

Dès que les revenus d’une entreprise atteignent 30 000 $, celle-ci a l’obligation fiscale de percevoir la taxe sur les produits et services (TPS) ainsi que la taxe de vente du Québec (TVQ).

Cette responsabilité implique que l’entreprise doit non seulement collecter ces taxes auprès de ses clients lors de chaque transaction, mais également s’assurer de la conformité en soumettant des déclarations régulières aux autorités fiscales. En plus de ces déclarations, l’entreprise doit effectuer les paiements requis dans les délais impartis pour éviter toute pénalité.

o   Retenues à la source :

Les retenues à la source concernent les montants prélevés sur les salaires des employés pour des cotisations telles que l’assurance-emploi et le Régime de pensions du Canada (RPC). Ces montants doivent être remis périodiquement aux gouvernements.

o   Paiement des impôts :

Naturellement, les PME doivent payer de l’impôt tant au niveau fédéral qu’au niveau provincial. Chaque entreprise est donc requise de calculer et de payer des taxes sur ses revenus annuels, un processus qui comprend des acomptes provisionnels réguliers basés sur des estimations de revenus. Cette pratique vise à éviter d’éventuelles pénalités découlant de sous-estimations fiscales.


Le Québec applique un système d’imposition progressive, ce qui signifie que le taux d’imposition augmente à mesure que le revenu imposable de l’entreprise croît. Ces taux peuvent varier d’une année à l’autre en fonction des politiques fiscales gouvernementales, de la taille de l’entreprise, du secteur économique dans lequel elle opère, ainsi que d’autres facteurs spécifiques.

o   Conservation des documents fiscaux :

Les entreprises doivent conserver leurs documents fiscaux et comptables pendant une période spécifique, généralement de six ans. Cependant, certains documents, tels que les actes notariés et les procès-verbaux, doivent être conservés indéfiniment.

Le système fiscal québécois repose sur le principe de l’autocotisation, où les entreprises déclarent elles-mêmes leurs obligations fiscales. Les autorités fiscales procèdent régulièrement à des vérifications pour s’assurer de l’exactitude des informations fournies. Alors, il est crucial de conserver tous les documents fiscaux afin d’être prêt à répondre à toute demande de vérification.

II. Les déductions et crédits d’impôt

Les crédits et les déductions d’impôts sont des enjeux fiscaux importants à connaître pour les PME, car ils sont cruciaux pour le soutien et la croissance des entreprises au Québec. Ils offrent des incitatifs financiers visant à encourager l’innovation, l’investissement et la compétitivité sur le marché, tout en réduisant la charge fiscale des entreprises.

Voici les déductions et les crédits d’impôt à connaître :

o   Déduction pour les petites entreprises :

La déduction pour les petites entreprises est une mesure fiscale avantageuse pour les sociétés privées sous contrôle canadien. Elle permet une réduction directe du taux d’imposition sur la première tranche de revenu imposable.

Pour être admissible, l’entreprise doit satisfaire à des critères stricts, incluant un nombre minimum d’heures rémunérées pour les employés et une proportion significative d’activités dans les secteurs primaires et manufacturiers.

o   Crédit d’impôt pour investissement :

Le gouvernement du Québec favorise l’investissement dans l’équipement productif en accordant un crédit d’impôt pour l’acquisition d’équipement. Ce crédit peut couvrir jusqu’à 40% du coût d’achat, en fonction du secteur économique et de la région où l’entreprise est située. Cette mesure vise à réduire l’impôt à payer par les entreprises, offrant ainsi un levier financier important.


Pour les PME, ce crédit d’impôt représente une opportunité stratégique pour moderniser leurs infrastructures et accroître leur efficacité opérationnelle. En investissant dans de nouveaux équipements, les entreprises peuvent améliorer leur productivité, réduire leurs coûts de fonctionnement et renforcer leur compétitivité sur le marché québécois et au-delà.

o   Déduction pour amortissement accélérée :

Il est crucial pour les PME de connaître la déduction pour amortissement accélérée. Cette mesure permet aux entreprises de déduire rapidement le coût d’achat d’actifs, ce qui a pour effet de réduire leur bénéfice imposable et, par conséquent, leur charge fiscale immédiate.

Cette approche accélérée présente plusieurs avantages pour les PME. Premièrement, elle améliore la gestion de la trésorerie en permettant aux entreprises de réduire leurs paiements d’impôts à court terme, ce qui libère des liquidités pour être réinvesti dans d’autres aspects critiques de l’entreprise, tels que l’expansion, l’innovation ou le développement de nouveaux produits.

Deuxièmement, la déduction pour amortissement accélérée stimule la croissance à long terme en permettant aux PME de maintenir un niveau élevé d’investissements en capital. En modernisant leurs équipements ou en augmentant leur capacité de production, les entreprises peuvent améliorer leur efficacité opérationnelle et leur compétitivité sur le marché.

o   Crédits d’impôt pour la recherche et le développement :

Les PME québécoises bénéficient de crédits d’impôt généreux pour leurs activités de recherche et développement. Ces crédits visent à diminuer les coûts nets associés à l’innovation technologique, rendant ainsi la recherche et le développement plus accessible et stimulant la compétitivité sur les marchés nationaux et internationaux.

o   Crédit d’impôt pour la formation de la main-d’œuvre :

Investir dans la formation des employés est crucial pour maintenir une main-d’œuvre qualifiée et compétitive. Le gouvernement du Québec reconnaît l’importance de cette initiative en offrant des crédits d’impôt pour les dépenses de formation admissibles.

Cette mesure permet aux PME d’améliorer les compétences de leurs employés tout en bénéficiant d’avantages fiscaux significatifs.

Bref, comprendre et utiliser efficacement les crédits et les déductions d’impôts est essentiel pour les PME québécoises cherchant à maximiser leur potentiel de croissance tout en minimisant leur charge fiscale!

III. Le fonds de roulement

Le fonds de roulement est un enjeu fiscal important à connaître pour les PME, car il est essentiel à leur stabilité opérationnelle et à leur capacité de croissance. Le fonds de roulement représente les liquidités disponibles pour couvrir les dépenses courantes de l’entreprise, telles que les salaires, les achats de fournitures et les paiements des fournisseurs.

Une constitution adéquate du fonds de roulement permet notamment :

  • Gestion des liquidités et paiement des obligations fiscales : Le fonds de roulement représente les liquidités disponibles pour une entreprise afin de couvrir ses dépenses courantes, y compris les obligations fiscales telles que les taxes et les impôts.

    Un fonds de roulement insuffisant peut rendre difficile le paiement à temps de ces obligations, entraînant des pénalités et des intérêts supplémentaires.


Un fonds de roulement adéquat permet aux PME de planifier efficacement leurs flux de trésorerie et leurs obligations fiscales. Cela inclut la capacité de mettre de côté les fonds nécessaires pour répondre aux échéances fiscales sans perturber les opérations quotidiennes.

fonds roulement pme quebec
  • Impact sur la rentabilité : Un fonds de roulement mal géré peut compromettre la rentabilité de l’entreprise en raison des coûts supplémentaires liés aux pénalités fiscales et aux frais financiers. Une bonne gestion du fonds de roulement permet d’éviter ces charges et d’améliorer ainsi la rentabilité nette de l’entreprise.

 

  • Soutien à la croissance : Un fonds de roulement bien géré soutient la croissance de l’entreprise en fournissant les ressources nécessaires pour investir dans de nouvelles opportunités et pour financer l’expansion.

 

Cela peut inclure l’acquisition d’actifs à long terme comme de nouveaux équipements, ce qui peut également avoir des implications fiscales importantes en termes de déduction d’amortissement et d’autres avantages fiscaux.

Bref, le fonds de roulement joue un rôle crucial dans la santé financière, la conformité fiscale et la capacité des PME à investir et à croître.

Une compréhension claire de cet enjeu permet aux entreprises de prendre des décisions financières et fiscales plus informées et de mieux naviguer dans le paysage fiscal complexe.

Trouvez un avocat spécialisé en droit fiscal grâce à Soumissions Avocat!

Si vous êtes propriétaire d’une PME ou envisagez d’en acquérir une, il est fortement recommandé de faire appel à un avocat spécialisé en droit fiscal ou en droit des affaires. Ces avocats peuvent fournir des conseils essentiels pour optimiser la charge fiscale de votre entreprise, identifier les opportunités d’économies d’impôt et réduire les risques de non-conformité.

En scrutant les spécificités fiscales de votre entreprise, un avocat peut proposer des stratégies adaptées qui maximisent les avantages fiscaux tout en respectant la législation. Un avocat spécialisé est également compétent pour interpréter les nouvelles lois et anticiper leurs impacts potentiels sur votre entreprise, assurant ainsi une conformité continue et proactive.

Bref, consulter un avocat compétent dans le domaine permet aux PME de prendre des décisions éclairées et stratégiques en matière de fiscalité!


Soumissions Avocat est une solution simple, rapide, et gratuite pour trouver un avocat spécialisé en droit fiscal!
Tout ce que vous avez à faire, c’est de remplir notre formulaire de demande en nous expliquant votre situation.

Suite à votre demande, nous vous mettrons rapidement en contact avec un avocat près de chez vous. Ce processus ne nécessite aucun engagement de votre part!



TROUVEZ RAPIDEMENT UN AVOCAT COMPÉTENT POUR VOS AFFAIRES PERSONNELLES OU D’ENTREPRISE.

OBTENEZ UNE SOUMISSION GRATUITE

Remplissez simplement ce formulaire et un avocat réputé de votre région vous contactera dans les plus brefs délais.

En cliquant sur le bouton, vous acceptez les termes et conditions

Faites votre demande dès maintenant !